Vince Carter : le Timmy Simons de la NBA

27/01/17 à 10:30 - Mise à jour à 24/01/17 à 15:24

Source: Sportmagazine

Il a été le joueur le plus spectaculaire de la NBA au début des années 2000. Maintenant, Vince Carter est le plus âgé : samedi, il fête ses 40 ans.

Vince Carter : le Timmy Simons de la NBA

Vince Carter fête ses 40 ans demain. © EFE

" Half man, half amazing ", tel était le surnom de Vince Carter dans ses jeunes années. Les images de l'Américain au NBA Slam Dunk Contest de 2000 ont fait le tour des réseaux sociaux, notamment la photo où il accroche son bras au panier. Comme les images du dunk qu'il a exécuté aux Jeux olympiques de Sydney, quand il a surplombé le Français Frederic Weis, qui mesure 2m18. Le meilleur dunk de l'histoire pour beaucoup.

17 ans plus tard, Carter dispute sa 19e saison en NBA. Après les adieux l'année dernière de célébrités comme Tim Duncan, Kobe Bryant et Kevin Garnett, le joueur des Memphis Grizzlies est parmi les cinq basketteurs encore actifs à avoir entamé leur carrière en NBA à la fin des années 90, avec Paul Pierce (39 ans, LA Clippers), Jason Terry (39, Milwaukee), Dirk Nowitzki (38, Dallas) et Metta World Peace (37, LA Lakers).

Vinsanity, de son autre surnom, est le plus âgé mais malgré ses 40 ans, il passe encore en moyenne 24 minutes sur le parquet, soit huit minutes de plus que les deux dernières saisons. Il marque huit points par match, beaucoup moins qu'au début du siècle : vedette des Toronto Raptors, il atteignait une moyenne supérieure à 25 points par rencontre. Il ne parviendra donc pas à devenir le cinquième quadragénaire de l'histoire de NBA à inscrire plus de dix points par match, comme Kareem Abdul-Jabbar, Karl Malone, Robert Parish et John Stockton.

Carter est aussi devenu moins amazing et plus humain. Ses vieilles articulations ne peuvent plus se permettre des sauts comme en 2000. " J'ai même dépassé la phase durant laquelle j'étais frustré en pensant qu'avant, j'aurais mis le ballon dedans ", vient de raconter Carter. " J'y arriverais peut-être encore mais mon corps aurait besoin d'une journée pour s'en remettre. Je ne veux pas risquer une blessure pour ça. " Il a donc balayé d'un geste les rumeurs selon lesquelles il participerait à nouveau au Slam Dunk Contest du NBA All Star Game en février.

Carter compense sa perte de détente et d'explosivité par son expérience et son intelligence de jeu. Son style de jeu a changé : il n'expédie plus de drives vers le panier mais préfère les trois-points, comme Michael Jordan et Kobe Bryant l'ont fait avant lui, confrontés à l'âge.

La source de sa motivation ? " J'aime juste jouer ", répond Carter, qui soigne parfaitement son corps, qui se déglingue petit à petit : il s'offre tous les jours une longue sieste, comme Timmy Simons, il rejoint le stade en voiture et non plus avec le bus de l'équipe pour s'échauffer plus longtemps et il est toujours le dernier à quitter la salle, après un long massage et un plongeon dans un bain glacé.

S'il n'est pas touché par de graves blessures -l'Américain a été opéré de la cheville en 2004 et en 2008, il n'a pas encore l'intention de raccrocher. " Tant que je reste motivé à l'idée de m'entraîner d'arrache-pied et que je conserve un bon niveau, je continue à jouer. " Sans dunks. " Mais pour ça, il y a YouTube ", rétorque Carter.

Par Jonas Creteur

Nos partenaires