Pourquoi Adidas ne sponsorise plus l'IAAF

18/02/16 à 10:30 - Mise à jour à 17/02/16 à 11:53

Source: Sportmagazine

Suite aux multiples cas de dopage, Nestlé a mis fin au sponsoring de l'IAAF la semaine dernière. Les conséquences financières peuvent être encore plus terribles pour la fédération d'athlétisme si Adidas prend la même décision.

Pourquoi Adidas ne sponsorise plus l'IAAF

Sebastian Coe, président de l'IAAF. © BELGAIMAGE

" Les accusations émises à l'encontre de l'IAAF ont un impact négatif sur notre image ", a déclaré Nestlé jeudi dernier en mettant un terme immédiat à sa collaboration avec l'IAAF, qui prévoyait le versement de 890.000 euros au programme Kids Athletics jusqu'à la fin de cette année. Quid si Toyota, TDK et Adidas font pareil ? Les deux premières sociétés y réfléchiraient mais Adidas l'aurait déjà annoncé officiellement à l'IAAF il y a un certain temps, d'après la BBC. Principal sponsor de la fédération, la marque allemande devait verser sept millions d'euros par an à l'IAAF jusqu'en 2019.

D'après un spécialiste belge du marketing, très au fait du sport, le terme de ce contrat, qui n'est pas encore confirmé publiquement, n'a rien à voir avec l'éthique. " Il s'agit de motivations purement commerciales. D'abord, il y a le fait que l'athlétisme ne cesse de descendre à l'audimat. Pour les jeunes, c'est un sport démodé, vieux jeu, trop long. Donc, soutenir l'athlétisme est moins attrayant maintenant qu'en 2008, lors de la signature du contrat. Seuls les marathons et les courses citadines pour tous sont encore intéressants commercialement.

La deuxième raison s'appelle Sebastian Coe, nouveau président de l'IAAF et homme de paille de Nike, le principal rival d'Adidas, depuis des années. Adidas sait très bien qu'il ne pourra jamais mener de négociations avec lui sans qu'il ne tienne Nike au courant. De toute façon, Adidas n'aurait donc pas obtenu de prolongation de son contrat de sponsoring au-delà de 2019.

En y mettant fin maintenant, il place Nike devant un dilemme: si la firme américaine ne prend pas le relais, Coe perd la face et l'IAAF perd beaucoup d'agent. Si Nike le fait, Coe aura plus que jamais l'image d'un vassal de Nike, lequel devra aussi dépenser beaucoup de dollars pour un sponsoring qui rapporte peu. "

Par Jonas Creteur

Nos partenaires