Nikiforov va-t-il commencer 2018 comme il a achevé 2017?

07/02/18 à 11:39 - Mise à jour à 11:39

Source: Sportmagazine

Toma Nikiforov veut consolider sa place parmi l'élite mondiale au tournoi de Paris.

Nikiforov va-t-il commencer 2018 comme il a achevé 2017?

Toma Nikiforov (en 2017) © BELGA

Le Bruxellois, qui se produit en + 100 kilos, a préparé la saison en Autriche. Après un petit échauffement à l'Open international de Belgique de Visé, le week-end dernier, Toma Nikiforov (25 ans) se rend à Paris. Ce tournoi du grand chelem est le rendez-vous le plus important de l'année après les championnats du monde. Il précède même l'EURO car les participants viennent du monde entier.

Nikiforov, qui rêve d'enlever la compétition parisienne depuis son enfance, en a fait son principal objectif de la saison. Le judoka d'origine bulgare est avide de revanche, ayant été éliminé au premier tour l'année passée, suite à une décision arbitrale discutable : le juge a exclu Nikiforov à trente secondes du terme pour un pseudo coup de poing.

Nikiforov a effacé une partie de sa frustration en remportant le GP de Düsseldorf mais l'EURO d'avril et le Mondial début septembre ont été décevants. Il en a terminé respectivement 17e (sorti au deuxième tour) et septième (défaite en quarts de finale).

Son amie Nica Antonis, également judoka, l'a enjoint de rester lui-même et de combattre en suivant son instinct. Le Bruxellois a ainsi trouvé un meilleur équilibre entre son style parfois un peu fou et une tactique plus contrôlée. Avec succès : il a remporté la médaille d'argent au grand chelem d'Abu Dhabi et, surtout, la même médaille au Mondial toutes catégories de Marrakech, début novembre. En finale, Nikiforov a été confronté à l'invincible français Teddy Riner, face auquel il lui a manqué une pointure - à tous points de vue -.

Début décembre, il a encore obtenu le bronze au grand chelem de Tokyo. Nikiforov est déterminé à poursuivre sur son élan, à Paris le week-end prochain, puis au GP de Düsseldorf fin février, à l'EURO de Tel Aviv en avril et enfin au Mondial de Bakou en septembre. Selon ses propres dires, il aborde ces grands tournois avec l'intention de les gagner.

Jonas Creteur

Nos partenaires