Les athlètes russes espèrent toujours participer aux JO-2016 à Rio

14/11/15 à 15:44 - Mise à jour à 15:44

Source: Belga

La suspension provisoire de la Fédération russe d'athlétisme (ARAF) vendredi par la Fédération internationale (IAAF) ouvre la voie à une absence des athlètes russes aux JO-2016 de Rio, mais celle-ci reste hypothétique à neuf mois du rendez-vous.

Les athlètes russes espèrent toujours participer aux JO-2016 à Rio

© AFP

D'abord contrainte par l'ultimatum de l'IAAF qui la sommait de répondre aux accusations de dopage organisé avant la fin de la semaine, la Russie a désormais le temps pour allié. Officiellement, la suspension est provisoire, sans durée déterminée et avec effet immédiat. Elle ne pourra être levée ou confirmée que par une nouvelle réunion et un nouveau vote du Conseil de l'IAAF.

Le prochain rendez-vous du gouvernement de l'instance est programmé en mars 2016, à Cardiff, à l'occasion des Mondiaux de semi-marathon. Mais le conseil peut aussi se réunir avant, comme vendredi, dans le cadre d'une procédure d'urgence grâce à des moyens techniques (visioconférence) qui n'obligent pas la présence physique des élus, ce qui fait gagner du temps.

Au pire donc, la Russie athlétique possède quatre mois devant elle avant de passer de nouveau sous le gril.

"Cette décision n'affecte pas notre préparation", a commenté le coureur de 400 m Radel Kashefrazov. "Les athlètes ne sont pas spécialement inquiets. Nous espérons que tout va se résoudre rapidement", a-t-il ajouté.

Dans les faits, l'IAAF a accompagné sa décision de mesures visant à permettre à la Russie de retrouver le chemin des pistes. Ces mesures n'ont pas été détaillées, mais une équipe d'inspection va être mise en place, présidée par le Norvégien Rune Andersen, et trois membres du conseil de l'IAAF qui seront désignés dans les prochains jours. Elle aura pour mission d'établir si la Russie fait suffisamment d'efforts en vue des JO-2016 à Rio, programmés du 5 au 21 août.

Certains pays avaient déjà été suspendus par l'IAAF, mais c'est la première fois que l'instance internationale qui préside aux destinées du sport olympique N.1 suspend une de ses fédérations membres pour dopage institutionnalisé. Un tel niveau de tricherie n'avait plus été vu depuis l'époque du bloc socialiste, notamment en RDA.

Si les actes sont fermes, les discours laissent de l'espoir aux Russes. "Nous avons échangé et nous sommes tombés d'accord sur le fait que c'est tout le système qui a laissé tomber les athlètes, pas simplement en Russie mais partout dans le monde", a souligné le président de l'IAAF, le Britannique Sebastian Coe.

Pour le moment, les premières conséquences sont pratiques : la Russie perd l'organisation de deux rendez-vous internationaux inscrits au calendrier de 2016, les Mondiaux juniors d'athlétisme à Kazan, du 19 au 24 juillet, et la Coupe du monde de marche par équipes, qui devait avoir lieu les 7 et 8 mai à Tcheboksary.

Le voyage des athlètes russes à Rio, lui, n'est pas encore définitivement annulé.

Nos partenaires