Le patron du curling russe dénonce une "provocation"

19/02/18 à 14:59 - Mise à jour à 14:58

Source: Afp

Le président de la Fédération russe de curling a dénoncé lundi une "provocation" et un "acte de sabotage" après le contrôle positif du curleur Alexander Krushelnitsky durant les JO-2018 de Pyeongchang.

Le patron du curling russe dénonce une "provocation"

Image prétexte © Getty Images/iStockphoto

"Je suis persuadé que c'est une provocation, un acte de sabotage", a assuré Dmitri Svichtchev, cité par la chaîne de télévision russe 360TV. "Depuis 2015, il a donné onze échantillons et tous étaient négatifs. Qu'est-ce qui passerait par la tête d'un homme pour prendre une pilule (interdite) juste avant les Jeux?", a-t-il poursuivi.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS), saisi de l'affaire, a annoncé lundi le contrôle positif d'Alexander Krushelnitsky, qui a remporté avec sa femme Anastasia Bryzgalova la médaille de bronze du tournoi de curling mixte des Jeux. Selon une source proche du dossier contactée par l'AFP, le contrôle de l'échantillon A avait révélé la présence de meldonium.

Selon 360TV, Dmitri Svichtchev a ajouté que les résultats préliminaires de ce contrôle antidopage montrent que le curleur n'aurait pris du produit dopant qu'à une seule occasion. Il a ajouté que se doper était inutile au curling, un sport d'adresse plus que de puissance ou d'endurance.

Le président de la Fédération russe de curling a également réfuté les rumeurs assurant que le curleur avait rendu son accréditation et quitté le village Olympique. "J'ai parlé à nos gars ce matin: aucun d'eux n'a quitté le village", a déclaré M. Svichtchev, ajoutant avoir "beaucoup de travail".

Interrogé par des journalistes, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a refusé de faire de commentaire et assuré attendre les résultats du contrôle de l'échantillon B. "Ne commentons pas cela mais attendons une déclarations officielle", a-t-il déclaré.

"Vous savez que le Comité international olympique (CIO) gère cette situation de façon très sérieuse et très correcte. Attendons l'échantillon B et l'enquête qui aura inévitablement lieu dans cette situation", a-t-il déclaré.

C'est un nouveau coup dur pour les JO et la Russie, montrée du doigt depuis deux ans et les révélations du rapport McLaren sur les tricheries organisées par les autorités sportives russes dans le cadre des Jeux olympiques de Sotchi en 2014.

Nos partenaires