Le nageur Anthony Ervin participe au boycott de l'hymne américain

17/10/17 à 08:42 - Mise à jour à 08:42

Source: Afp

L'Américain Anthony Ervin, champion olympique 2016 de natation, a participé au mouvement de boycott de l'hymne américain pour protester contre les discriminations raciales et les violences policières aux Etats-Unis en posant un genou à terre lors d'un meeting au Brésil.

Le nageur Anthony Ervin participe au boycott de l'hymne américain

Anthony Ervin lors des JO de Rio en 2016. © BELGAIMAGE

Selon le site internet spécialisé SwimSwam, Ervin, vainqueur à 35 ans du 50 m nage libre des JO 2016 de Rio, a posé le genou droit à terre lorsque l'hymne américain a retenti après la victoire des Etats-Unis dans le relais 4x200 m mixte du meeting Raia Rapida à Rio.

Ervin, dont le père, noir, est un ancien combattant de la guerre du Vietman, a fait lundi allusion sur son compte twitter à son geste: "Ce que je veux, c'est sauver des vies et comprendre les inégalités", a-t-il écrit.

Il est le premier sportif issu d'une discipline autre que le football américain, le basket, le baseball et le football, à participer à ce mouvement lancé en 2016 par l'ancien quarterback des San Francisco 49ers Colin Kaepernick.

Le mouvement a repris de la vigueur, en particulier parmi les joueurs de football américain de la NFL, après les critiques virulentes du président américain Donald Trump qui a présenté ce geste comme un manque de respect pour les Etats-Unis.

"Si les fans de NFL refusent d'aller aux matches jusqu'à ce que les joueurs arrêtent de manquer de respect à notre drapeau et notre pays, vous verrez rapidement un changement. Virez ou suspendez!", avait notamment tweeté Donald Trump.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la nouvelle saison NBA va débuter par deux chocs: Cleveland-Boston et Golden State-Houston. En marge de l'aspect purement sportif, les regards seront tournés vers les joueurs lors de l'hymne américain.

Fin septembre, la NBA a prévenu les 30 franchises que les joueurs avaient l'obligation d'être debout durant l'hymne national, sous peine de sanction.

Nos partenaires