L'heure du grand oral olympique pour Paris et Los Angeles pour 2024... et 2028?

11/07/17 à 09:18 - Mise à jour à 14:10

Source: Afp

C'est l'heure du grand oral pour Paris et Los Angeles: les deux villes présentent mardi leur dossier de candidature à l'organisation des JO-2024 devant les membres du CIO, qui devraient entériner dans l'après-midi le principe d'une double attribution des Jeux 2024 et 2028.

L'heure du grand oral olympique pour Paris et Los Angeles pour 2024... et 2028?

© AFP

Le grand show olympique commencera dès 09H00 (07H00 GMT) à Lausanne (Suisse): les Californiens seront les premiers à s'exprimer, arrivés sur les bords du Lac Léman avec le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, le patron du comité de candidature LA 2024, Casey Wasserman ou encore les multiples champions olympiques Allyson Felix et Michael Johnson.

A 10H30, ce sera au tour de Paris de proposer sa vision pour les JO-2024, avec en VRP de luxe, le président de la République, Emmanuel Macron, qui doit prendre la parole devant les 95 membres de l'instance olympique.

Les deux postulants disposeront du même temps de parole: 45 minutes de présentation avec un maximum de 10 intervenants, puis un échange de 30 minutes sous forme de questions-réponses avec l'assistance.

Elle dispose d'une base de travail avec le rapport de la Commission d'évaluation publié le 5 juillet, dithyrambique pour les deux villes.

Les deux passages se feront à huis clos, mais "face au grand intérêt suscité par les deux projets", le Comité international olympique (CIO) proposera les présentations --sans les questions-réponses-- sur son site internet un peu plus tard.

"J'ai vraiment confiance, je crois qu'on peut écrire une belle histoire entre Paris et Los Angeles. Et notamment le fait qu'il y ait cette amitié entre Eric Garcetti et moi-même peut nous permettre de faire une proposition au CIO qui fasse trois gagnants", a expliqué lundi la maire de Paris, Anne Hidalgo.

"Je pense qu'aujourd'hui, porter les valeurs de l'olympisme, c'est ce dont le monde a besoin", a estimé le président Macron lundi soir après une visite d'une petite heure du Musée olympique en compagnie du président du CIO, l'Allemand Thomas Bach.

"Nous avons deux missions: la première est de ramener les jeux Olympiques en Amérique et l'Amérique vers les jeux Olympiques et la seconde est de ramener les Jeux à Los Angeles", a pour sa part glissé Eric Garcetti, qui a également effectué la visite du musée à Lausanne.

Double attribution entérinée ?

"Le CIO devrait donner demain (mardi) le feu vert à une double attribution des JO-2024 et 2028", a espéré le président Bach lundi.

Car après une matinée chargée pour les deux villes candidates, le CIO se réunira en session extraordinaire avec un menu tout aussi copieux pour ses 95 membres: la double attribution des Jeux 2024 et 2028.

Sauf très improbable renversement de situation, le principe devrait être approuvé et garantira ainsi à la ville non retenue pour 2024 un énorme lot de consolation: la garantie d'accueillir l'événement planétaire quatre ans plus tard.

Il ne restera alors plus qu'à fixer les modalités de cette double attribution, car le président de l'instance olympique n'en démord pas: il y aura bien un vote lors de la session du CIO à Lima le 13 septembre, qui devait initialement désigner seulement la ville hôte des JO-2024.

"Quand on dispose de deux candidatures aussi solides, ce double vote semble la meilleure solution", expliquait lundi un membre du CIO, reprenant ainsi le credo de Thomas Bach.

Si Paris reste concentré sur 2024, pour des Jeux du centenaire (après ceux de 1924 déjà organisés dans la capitale française), Casey Wasserman a été le premier début juin à évoquer la possibilité pour Los Angeles d'accepter 2028.

"Pour parler clairement, la candidature de LA 2024 n'a jamais été uniquement à propos de Los Angeles et uniquement à propos de 2024", a-t-il expliqué.

Los Angeles veut créer "de nouveaux Jeux pour une nouvelle ère"

Los Angeles, candidate à l'organisation des JO-2024, veut "créer de nouveaux Jeux pour une nouvelle ère", a déclaré Casey Wasserman, président du comité de candidature devant les membres du CIO réunis mardi à Lausanne.

Los Angeles a disposé mardi matin de 45 minutes pour présenter son projet devant la petite centaine de membres du CIO réunis à Lausanne.

La candidature de Los Angeles "n'est pas une question d'argent, d'ego, de fierté de l'Amérique, ou même de gagner ou de perdre", a déclaré M. Wasserman. "Il s'agit de servir le mouvement olympique bien au-delà de 2024 (...) pour créer de nouveaux Jeux pour une nouvelle ère", a-t-il ajouté, semblant de nouveau ouvrir la porte à une organisation des JO-2028.

Le directeur général de la candidature californienne, Gene Sykes, a lui insisté sur le projet "sans risque" de LA. "Aux Etats-Unis, nous avons toujours organisé des jeux Olympiques basés sur le modèle d'une entreprise privée, et non sur un modèle gouvernemental. Notre système privé signifie moins de risques pour nous et pour le mouvement olympique dans son ensemble car notre Comité d'organisation sera indépendant", a souligné M. Sykes.

"La France est prête pour les Jeux, elle les attend"

"La France est prête (pour les Jeux), elle les attend", a déclaré le président Emmanuel Macron à l'issue de la présentation mardi à Lausanne devant les membres du CIO de la candidature parisienne pour les jeux Olympiques 2024.

"J'étais venu ici pour soutenir l'équipe et pour dire à quel point ces Jeux sont importants pour notre pays. La France y est prête, elle les attend", a déclaré le président de la République.

"Il y a une volonté d'espérer et d'aller de l'avant et ces Jeux y contribuent. Nous avons perdu trois fois dans la course pour les Jeux, nous ne voulons pas perdre une 4e fois", a ensuite ajouté le président.

Emmanuel Macron s'est exprimé, ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo et Tony Estanguet, coprésident de la candidature.

"Les valeurs que représente l'olympisme, ce sont nos valeurs", a ajouté le président. "Elles sont menacées, remises en cause par beaucoup aujourd'hui. C'est le meilleur moment pour les défendre, ces valeurs d'ouverture, de tolérance, de justice, de respect de l'environnement. C'est tout cela que la candidature de Paris vient défendre 100 ans après les derniers Jeux" à Paris.

"Ce grand oral est passé. Il y a maintenant des décisions qui vont venir et nous serons dans quelques semaines à Lima", a ajouté Emmanuel Macron.

Le CIO désignera officiellement le 13 septembre à Lima la ville hôte des JO 2024 et devrait en même temps attribuer les JO 2028 à la ville non désignée pour 2024.

Nos partenaires