"Jack" Russell Westbrook

07/03/17 à 11:12 - Mise à jour à 11:12

Source: Sportmagazine

Ce n'est pas juste un jeu de mots. Le caractère du meneur de 28 ans est comparable à celui de son homonyme canin : fidèle, énergique, intelligent. Westbrook est en train de faire la saison de sa vie à Oklahoma City.

"Jack" Russell Westbrook

Westbrook contre Chicago. © EFE

Les meneurs sont généralement réputés pour être les plus petits et les plus fins sur le terrain. Russell fait 1m91 mais est le plus athlétique de la NBA à son poste ! Ce n'est pas pour rien qu'il est surnommé Mr. Explosive. Sa puissance et son agilité lui permettent de réaliser des dunks spectaculaires et de résister à la charge des basketteurs les plus costauds ! Le célèbre Stephen Curry fait la même taille que lui et a pourtant plus de difficulté à dunker.

Russell a avoué "prendre exemple sur Magic Johnson" depuis son jeune âge. Si leur basket est quasi similaire, la légende des Lakers mesure 2,06 mètres : un géant pour ce poste. Le mérite n'en est que plus grand pour RussWest. Un dirigeant de la NBA le décrit en ces termes : "Il pourrait être un extra-terrestre. Je n'avais jamais vu quelqu'un comme lui. Ses qualités athlétiques et ses envolées sont hors du commun".

Le meneur d'OKC peut shooter à longue comme à mi-distance. Véritable locomotive, il peut traverser le terrain en seulement 5 secondes ! Sa polyvalence fait de lui une arme redoutable à tous les endroits du parquet, à un tel point que deux joueurs sont parfois nécessaires pour le stopper. C'est là que l'intelligence de Westbrook entre en jeu : en attirant deux défenseurs, il libère de l'espace pour ses coéquipiers et use de sa précision pour leur délivrer des caviars.

Il utilise aussi sa ruse à son propre compte, comme avec ce ballon jeté sur le dos de Rodney Hood de Utah Jazz qu'il récupère ensuite pour planter un deux points. Il réalise la même action contre les Hawks d'Atlanta : il s'appuie sur un joueur afin de ne pas perdre la possession de la balle, et finit par inscrire le panier. Du génie ...

Le Oscar Robertson moderne ?

S'il porte le numéro 0, le talent de Russel se décèle dans d'autres chiffres. Il est actuellement en triple-double sur la saison 2016-2017 avec 31,7 points, 10,6 rebonds et 10 assists de moyenne en 63 matchs ! Exceptionnel pour un joueur qui n'avait jamais atteint 30 points de moyenne. De telles statistiques font de lui le meilleur marqueur, le 3e passeur et le 12e rebondeur de la ligue !

Seul Oscar Robertson a réalisé cet exploit avec les Royals de Cincinnati (actuels Sacramento Kings) avec une moyenne de 30,8 points, 12,5 rebonds et 11,4 assists en 1961-1962. 55 ans après, BeastBrook est sur le point de rejoindre The Big O bien qu'il reste encore 19 matchs ... Le natif de Long Beach (Californie) doit être au top de sa forme s'il espère garder sa moyenne.

À l'heure actuelle, Westbrook a réalisé 67 triples-doubles sur l'ensemble de sa carrière, dont 30 cette année, soit le 3e meilleur total en 82 matchs derrière le même Oscar Robertson (41) et Wilt Chamberlain (31).

Westbeast a d'ailleurs failli écrire l'histoire fin février face aux Lakers : 17 points, 18 rebonds et 17 passes décisives en seulement 17 minutes ! Il ne lui a même pas fallu 1/3 du match pour réaliser cet exploit ! Des chiffres quasi historiques car seul Wilt Chamberlain est parvenu à compiler au moins 20 points, 20 rebonds et 20 passes dans une même rencontre. The Stilt avait enregistré 22 points, 25 rebonds et 21 passes contre Détroit le 2 février 1968.

Franchise player

Drafté en 2008 par les SuperSonics de Seattle, devenus Oklahoma City Thunder la même année, RussWest en est à sa 9e saison de fidélité avec OKC. Le futur Monsieur triple-double réalise son premier du genre à 20 ans et 3 mois, ce qui fait de lui, après LeBron James, le plus jeune joueur auteur d'une telle performance.

Pendant 8 ans, The Brodie forme un duo incroyable avec l'ailier Kevin Durant, arrivé une saison plus tôt. Depuis 2010, ils atteignent chacun une moyenne de 20 points par match et se qualifient 5 fois pour les play-offs. Le titre était à portée de leurs mains en 2011, mais Oklahoma a chuté face au Heat de Miami de LeBron James, Dwayne Wade et Chris Bosh.

KD a alors décidé de décoller pour San Francisco au début de cette saison pour rejoindre l'équipe au meilleur bilan de l'histoire (73 victoires et 9 défaites) : Golden State, avec les incontournables Splash Brothers : Stephen Curry et Klay Thompson. Un transfert très controversé, jugé comme une solution de facilité pour remporter un titre NBA. Conséquence : Westbrook doit désormais porter l'équipe à lui seul.

Et il le fait très bien ! OKC est 7e de la conférence Ouest. Russell s'est retrouvé 8 fois dans le top 20 du plus gros nombre de points marqués en un match, avec une meilleure performance de 51 points, 13 rebonds et 10 passes contre les Phoenix Suns. Mr. Explosive aime faire souffrir cette équipe d'Arizona : c'est également contre elle qu'il a établi le record de la franchise du plus grand nombre d'assists en une rencontre (22).

BeastBrook est incontestablement devenu un franchise player, comme on dit aux USA. Il possède toutes les caractéristiques d'un tel statut : être une référence pour les médias, être un des joueurs les plus consultés et être l'image de la franchise.

Même sur le terrain, on remarque que tout passe par Russell. Il est 2e de la ligue avec une moyenne de 99,5 touches par match, derrière James Harden qui touche 99,7 ballons par match.

6 All-Star Game

S'il n'a pas remporté un seul titre NBA dans sa carrière, The Brodie peut se consoler avec ses 6 présences au All-Star Game, match d'exhibition annuel qui réunit tous les meilleurs joueurs de la ligue sur un même parquet. Être sélectionné à cet événement est ce qu'il y a de mieux pour un basketteur après un trophée de champion. C'est considéré comme un véritable prestige, une consécration, au point d'être inscrit dans le CV.

En 6 sélections, Russell a été élu 2 fois All-Star Game Most Valuable Player, qui récompense le meilleur joueur du match. En 2015, il marque 41 points, dont 27 en première mi-temps, battant le record d'unités en une mi-temps d'un All-Star Game. Il recommence en 2016 avec 31 points, 8 rebonds, 5 passes et 5 interceptions en 22 minutes. Westbrook devient alors le premier de l'histoire à remporter deux titres de MVP d'affilée depuis Bob Pettit en 1958 et 1959.

Aujourd'hui, Oklahoma City totalise 35 victoires et 28 défaites. Leur ticket pour les playoffs n'est pas encore assuré, car seules les 8 premières équipes du classement y accèdent. Avec sa 7e place, OKC doit se battre au milieu de prédateurs comme Golden State, San Antonio et les Clippers de Los Angeles. Mais le Thunder peut compter sur son super-héros, assoiffé de victoire.

Par Lorenz Blanco (st.)

Nos partenaires