GP du Brésil: Vettel s'impose, Hamilton termine 4e

12/11/17 à 19:14 - Mise à jour à 13/11/17 à 09:00

Source: Afp

L'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari), privé du titre par le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) il y a deux semaines, s'est offert un lot de consolation en remportant dimanche le Grand Prix de F1 du Brésil, au cours duquel son rival a effectué une superbe remontée.

GP du Brésil: Vettel s'impose, Hamilton termine 4e

Sebastian Vettel © AFP

Parti dernier depuis la voie des stands suite à une sortie de piste en qualifications, Hamilton termine quatrième, stoppé au pied du podium par l'opiniâtreté du Finlandais Kimi Räikkönen (Ferrari), troisième derrière son compatriote Valtteri Bottas (Mercedes).

Aidé d'abord par la sortie de la voiture de sécurité dès le premier tour, suite à plusieurs accrochages, Hamilton a ensuite parfaitement géré l'usure de ses pneumatiques tout au long de sa cavalcade.

"Mon but était d'essayer de me racheter pour mon erreur d'hier, a-t-il commenté. J'ai aimé cette bataille et j'espère qu'elle montrera encore à tout le monde que j'ai le feu sacré et beaucoup de courses devant moi."

En première ligne juste derrière Bottas, Vettel a lui pris le meilleur au départ. Un arrêt précoce au stand n'a ensuite pas permis au Nordique de reprendre l'avantage.

"Les deux dernières semaines (depuis le sacre d'Hamilton au GP du Mexique, ndlr) ont été difficiles pour nous, a réagi l'Allemand, donc c'est bon d'être sur le podium aujourd'hui."

- Vettel: 'être deuxième' -

Ce succès lui permet d'accroître de quinze à vingt-deux longueurs son avance à la deuxième place du classement des pilotes, convoitée par le Finlandais.

Il lui suffira donc de marquer trois points lors de la dernière manche de la saison à Abou Dhabi dans quinze jours pour être assuré d'être vice-champion du monde.

Le pilote Ferrari ne saurait se contenter de moins bien, comme il l'avait expliqué la veille: "Notre objectif était de remporter le championnat, nous n'y sommes pas parvenus, donc le mieux que l'on puisse viser maintenant est d'être deuxième. C'est que nous allons essayer de réaliser. Si nous n'y parvenons pas, ce sera un échec de plus."

Pour son dernier Grand Prix national avant la retraite dans quinze jours, le Brésilien Felipe Massa s'est pour sa part offert une belle septième place et une montée triomphale sur le podium, sous les vivats du public de sa ville natale.

"Je suis très ému aujourd'hui grâce à vous tous, a-t-il lancé. Merci de votre soutien et de m'avoir permis de faire la meilleure course possible (...) Aujourd'hui était vraiment comme une victoire."

- Adieux réussis pour Massa -

Le vice-champion du monde 2008 devait déjà prendre sa retraite fin 2016 mais, à la demande de Williams, il avait consenti en janvier à rempiler une saison supplémentaire pour pallier le départ de Bottas chez Mercedes et s'était pris à espérer poursuivre encore un peu plus longtemps.

L'écurie de Woking ne voyait pas les choses ainsi. Son 268e départ en GP dimanche était donc l'avant-dernier d'une carrière longue de quinze saisons, qui l'a vu piloter pour Sauber (2002-2005), Ferrari (2006-2013) puis Williams (depuis 2014).

Massa, âgé de 36 ans, affiche à son compteur seize pole positions, 41 podiums dont onze victoires, la dernière au Brésil en 2008.

Il n'a plus été le même après un accident quelques mois plus tard, au GP de Hongrie 2009, quand il a reçu en plein casque, à haute vitesse, un élément de suspension d'une autre voiture. Sérieusement touché, il avait été plongé dans le coma.

Aucun Brésilien ne sera donc présent sur la grille de départ en 2018, pour la première année depuis... 1970.

A noter, côté français, le premier abandon d'Esteban Ocon (Force India), pour son 28e GP, suite à un accrochage dans le premier tour avec son compatriote Romain Grosjean (Haas), 15e, jugé responsable de l'accident par les commissaires de course. Pierre Gasly (Toro Rosso) est lui 12e.

Nos partenaires