Evi Van Acker enfin championne du monde?

18/08/17 à 12:00 - Mise à jour à 13/08/17 à 21:09

Source: Sportmagazine

Samedi, le Mondial de voile classe Laser Radial débute aux Pays-Bas, à Medemblik. Evi Van Acker espère combler une grosse lacune à son palmarès.

Evi Van Acker enfin championne du monde?

Evi Van Acker © BELGA

La Gantoise a été très déçue de louper le podium des derniers Jeux Olympiques. Malade à cause des eaux polluées de Rio, elle n'avait pu défendre pleinement ses chances. Pas de médaille, donc, alors qu'elle avait obtenu le bronze à Londres. "Cette cicatrice ne guérira pas de sitôt", avait déclaré Evi Van Acker au magazine Knack fin mai.

Elle ne sait pas encore si elle participera aux Jeux de Tokyo. Elle aura alors 34 ans. En attendant, elle veut combler un autre hiatus à son palmarès. En dix participations, la Gantoise n'est en effet jamais parvenue à décrocher le sacre mondial. Elle a même souvent terminé loin du podium - 2005 (16e), 2006 (5e), 2007 (13e), 2008 (9e), 2009 (6e), 2010 (8e), 2013 (8e) - mais à trois reprises, elle a loupé l'or de peu: en 2011 (l'argent à Perth), en 2014 (le bronze à Santander) et en 2015 (le bronze à Oman). Lors de cette édition, Van Acker a été vraiment proche de la victoire car elle était en tête avant l'ultime course mais elle l'a achevée à la 25e place. Adieu le titre.

Malgré les déceptions subies lors des deux derniers grands rendez-vous, elle est à nouveau parmi les favorites. C'est qu'elle réalise une superbe saison: elle est même première au classement Laser Radial de la fédération internationale de voile, grâce à sa médaille d'argent à la World Cup de Miami, à l'or dans la manche d'Hyères et à un autre succès en finale de coupe du monde à Santander.

Van Acker n'a rien laissé au hasard. Elle a séjourné plusieurs semaines à Medemblik, en Frise, pour se familiariser avec les courants et les vents de la région. Elle était accompagnée de deux autres Belges, Emma Plasschaert et Maité Carlier, qui participent également au Mondial. Plasschaert n'est pas dénuée de chances de médaille car elle est troisième au classement mondial. Deux Belges monteraient-elles sur le podium?

Par Jonas Creteur

En savoir plus sur:

Nos partenaires