Des sportifs de haut niveau se dopent pour un documentaire: le résultat est édifiant (VIDEO)

05/05/15 à 13:46 - Mise à jour à 13:49

Source: Sportmagazine

Un reportage réalisé pour l'émission Stade 2 et diffusé ce 3 mai sur France 2 révèle une expérience totalement inédite: il suit le parcours de huit sportifs de très haut niveau qui ont accepté de consommer des produits dopants pendant un mois. Objectif: voir l'effet sur leurs performances et les tests anti-dopages.

Des sportifs de haut niveau se dopent pour un documentaire: le résultat est édifiant (VIDEO)

Guillaume Antonietti, lors de l'expérience. © capture d'écran

Pour ce documentaire qui entend démontrer l'importance de la lutte contre le dopage dans le milieu sportif, huit athlètes ont pris de l'EPO et des hormones de croissance deux fois par semaine pendant trois semaines, ensuite des corticoïdes sur la fin du protocole, c'est-à-dire des anti-inflammatoires qui permettent de masquer la douleur. Avant la dernière épreuve, ils se sont fait réinjecter leur propre sang, en autotransfusion. Les dosages étaient assez minimes, de 4 à 10 fois inférieures à celles que s'injectent les sportifs dopés.

Des performances augmentées de 4%

Les résultats sont assez édifiants, les athlètes ont constaté une progression spectaculaire de leurs performances, au bout de dix jours. Par exemple, sur une course de 3000 mètres, un des huit athlètes est parvenu à gagner 31 secondes en trois semaines...sans entraînement particulier. Parmi les cobayes, l'ex-triathlète Guillaume Antonietti, qui participe maintenant à des ultra-trails. Il a gagné 26 secondes sur la même distance et a avoué dans une interview à 20minutes.fr que les hormones de croissance l'avaient rendu "très agressif" . "Je n'étais pas non plus devenu une bête féroce mais je sentais bien que j'étais sous tension en permanence", ajoute-t-il.

Ses performances ont, en moyenne, augmenté d'environ 4%. "C'est énorme, cela permet, par exemple sur un contre-la-montre de championnat du monde cycliste, de passer de la 22e à la 1ère place", commente Guillaume Antonietti.

Outre l'effet des subtsances dopantes sur ces sportifs, le principal intérêt du documentaire réside dans le fait que ces derniers n'ont jamais été contrôlés positifs tout au long de l'expérience.

En savoir plus sur:

Nos partenaires