Bertrand de Broc, premier abandon officiel, et Alex Thomson toujours en tête

19/11/16 à 20:34 - Mise à jour à 20:33

Source: Belga

Le Français Bertrand de Broc est devenu samedi soir le premier skipper à abandonner officiellement le Vendée Globe 2016-2017 en raison de dégâts provoqués à la quille de son monocoque (MACSF) lors d'un choc subi "au large du Portugal".

Bertrand de Broc, premier abandon officiel, et Alex Thomson toujours en tête

Alex Thomson, toujours en tête du Vendée Globe. © REUTERS

S'attaquer au Grand Sud dans ces conditions présente "des risques trop élevés" et de Broc, dont la "déception est terrible", a annoncé qu'il jetait l'éponge, devenant le premier des 29 concurrents de la course à abandonner officiellement.

Un autre skipper, Tanguy de Lamotte (Initiatives Coeur), a décidé de rentrer aux Sables-d'Olonne (Vendée) après avoir cassé la tête de son mât mais il refuse de parler d'abandon.

De Broc, qui participait à cette course pour la 4e fois, s'était dérouté vendredi vers l'île brésilienne de Fernando de Noronha pour inspecter la coque de son bateau.

Le skipper de MACSF a plongé à deux reprises et constaté qu'une très large partie du carénage est endommagée, "rendant impossible une navigation en course", a précisé son équipe. Et "le bruit assourdissant que provoque les dégâts de la coque est très handicapant pour le skipper, même équipé d'un casque anti-bruit".

Alex Thomson toujours en tête

Le Gallois Alex Thomson était toujours en tête du Vendée Globe samedi soir mais a dû ralentir après avoir heurté un objet flottant non identifié (OFNI) dans l'Atlantique sud et abîmé le foil tribord de son monocoque Hugo Boss mais il n'y a "pas de dommage structurel visible".

"A 10h35, j'étais à l'intérieur en train d'essayer de me reposer, a-t-il ajouté. Le bateau avançait dans 22 noeuds de vent sous J2 (foc de taille moyenne, NDLR) et un ris dans la grand-voile. Je faisais des moyennes de 24 noeuds quand j'ai entendu un gros bruit", a expliqué Thomson.

"Le bateau s'est arrêté net et a viré à tribord d'une vingtaine de degrés, a poursuivi le Gallois. Je me suis précipité sur le pont, j'ai choqué l'écoute (de grand-voile) et ai vite compris que j'avais heurté quelque chose. J'ai laissé le bateau avancer au portant et je suis allé regarder ce qui se passait".

"Le foil tribord a été endommagé et il y a des éraflures sur le flanc tribord du bateau, a-t-il encore indiqué. J'ai levé le pied pour le moment. J'ai changé de voilure et ai rétracté le foil. Je resterai comme cela jusqu'à ce que le vent et la mer se calment un peu pour me permettre d'inspecter et évaluer les dégâts. Je n'ai rien vu dans l'eau, mais j'ai l'impression que le foil est assez touché".

"J'ai contrôlé l'intérieur du bateau et il n'y a pas de dégâts structurels visibles, a-t-il souligné. Je vais continuer et ferai une évaluation dès que possible".

Samedi, à 18h00, il devançait toujours de plus d'une centaine de milles les Français Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) et Sébastien Josse (Edmond de Rothschild).

Nos partenaires