"Autorisez la marijuana !"

08/12/16 à 11:00 - Mise à jour à 06/12/16 à 16:00

Source: Sportmagazine

Une enquête d'ESPN Magazine révèle que 61% des joueurs de football américains sont favorables à la légalisation de la marijuana. Cela permettrait de lutter contre l'abus d'antidouleurs chimiques.

"Autorisez la marijuana !"

La marijuana à usage médical n'est légale que dans la moitié des états américains. © ZUMAPRESS.com

ESPN Magazine a récemment interrogé, sous couvert d'anonymat, 226 des 1.696 joueurs de NFL à propos de la lutte contre la douleur dans le championnat de football américain. Il en ressort qu'ils avalent antidouleurs et anti- inflammatoires comme s'il agissait de pastilles pour la gorge. 64% des joueurs ont admis avoir reçu une injection de Toradol, l'anti-inflammatoire le plus répandu, 42% connaissent un coéquipier accro aux antidouleurs et 46% estiment qu'ils sont employés régulièrement.

Ricky Williams, une ancienne vedette de NFM, a reconnu sur le site marijuana.com que "s'entraîner quotidiennement sans Toradol aurait été un cauchemar" tant il aurait souffert. Les nombreux chocs crâniens, qui peuvent entraîner de sérieux dommages cérébraux, sont un des problèmes sciemment sous-estimés du football américain. Le Toradol est censé lutter contre les maux de tête mais on ne peut l'utiliser que pendant cinq jours. Les abus accroissent le risque d'arrêts cardiaques, d'attaques, de saignements stomacaux et de constipation.

61% des joueurs sont donc partisans d'une légalisation totale de la marijuana, qui combattrait la douleur plus efficacement selon 41% d'entre eux, en ayant moins d'effets secondaires. La marijuana médicale n'est légale que dans 25 des 50 états américains et seuls quatre (Colorado, Washington, Alaska et Oregon) en autorisent l'usage classique. La marijuana est une des huit substances interdites par la NFL.

La valeur-plafond est de 35 nanogrammes par millilitre de sang. Si cette limite est dépassée, la NFL prend des sanctions progressives, qui vont de l'amende à la suspension. Le taux admis par la NFL est très bas car il est de 150 nanogrammes/millilitre pour les athlètes olympiques.

Il y a pourtant peu de contrôles antidopage en NFL: un seul par joueur, du 20 avril au 9 août. D'après 67% des joueurs interrogés, le système est très facile à contourner...

Par Jonas Creteur

Nos partenaires